Pourquoi un expert d'assuré ?

Par Jean-Marie Baril, Relations avec les victimes de sinistres en Charente/Charente-Maritime et Deux-Sèvres

La survenance d'un sinistre a pour conséquence directe de vous plonger en situation de crise et d'incertitude. Une fois le choc passé, vous allez constater votre isolement face aux difficultés qui se présentent : administrations, travail, enfants,  proches,..... et assurances !

L'intervention et le soutien d'un expert reconnu et chevronné, Expertises Galtier, 1er cabinet en France depuis 1894, sont indispensables pour vous aider à :
  • déterminer les mesures d'urgence
  • s'acquitter et faciliter de nombreuses formalités
  • évaluer officiellement les dommages au travers d'un état des pertes détaillé et argumenté
  • gérer les réunions d'expertise avec les différents intervenants
  • permettre une conclusion rapide et une juste indemnisation ...
Désigner un expert d'assuré vous permet d'équilibrer les forces. De son côté, votre assureur va rapidement saisir un expert d'assurance.

La désignation d'un expert d'assuré est un droit*, aucune compagnie d'assurance ou mutuelle ne peut s'y opposer sous quelque prétexte que ce soit (que la garantie figure ou non dans votre contrat). Au motif de la "réduction des coûts", certains intervenants n'hésitent pas à faire pression pour éviter la désignation d'un expert d'assuré ...
Au delà de ces explications techniques, le témoignage de nos clients qui ont vécu les mêmes épreuves que vous, est la meilleure preuve de notre utilité.

* Extrait de L'Argus de l'Assurance
La clause d'expertise amiable contradictoire
02/2012 - N° REVUE : 0837
RUBRIQUE :  CAS PRATIQUE | SOUS-RUBRIQUE :  ASSURANCES
La clause d'expertise amiable contradictoire se retrouve fréquemment dans les contrats d'assurances de dommages. Elle consiste à prévoir comment seront évalués les dommages portant sur les biens garantis.
 
Amiable
L'expertise amiable contradictoire proprement dite (présence de deux experts, intervention d'un troisième en cas de désaccord) intervient le plus souvent en cas d'échec du règlement « de gré à gré », c'est-à-dire d'un commun accord entre l'assureur et l'assuré. L'echec du règlement de gré à gré fait perdre beaucoup de temps et retarde les réparations, parfois de plusieurs mois ou davantage. La présence d'un expert d'assuré permet le plus souvent d'éviter des conflits inutiles et de faciliter le règlement de sinistre tout en agissant dans l'intérêt du sinistré.
L'expertise devient obligatoire, au sens où les parties sont empêchées de procéder judiciairement avant qu'elle ait eu lieu (Com., 22 octobre 1996, n° 93-18.929). Cela évite d'élever directement les conflits techniques devant une juridiction en faisant primer les règles contractuelles (C. civ., art. 1134).
Au surplus, si l'assuré ne respecte pas cette procédure, il peut, à titre de sanction, perdre son droit à indemnisation (Civ. 2e, 29 mars 2006, n° 04-19.867).

Contradictoire
La clause d'expertise amiable présente également un caractère contradictoire emprunté à la procédure judiciaire.
Dès sa mise en oeuvre, chacune des parties à l'expertise se doit d'être représentée par son propre expert. Cela a pour effet de permettre le déroulement d'un débat « à armes égales » : au cours de la discussion, les deux parties sont en situation de présenter leurs observations techniques et factuelles à l'appui de leurs prétentions.